Nous sommes au pays de celle qui a fait régner la terreur pendant plus de cent ans. Celle que personne n'a oubliée, mais dont personne ne saura jamais qui elle était, et s'il s'agissait bel et bien d'un simple animal. D'ailleurs, on ne parla d'un loup que plusieurs années après le premier drame, car il fallait bien trouver et pouvoir nommer un responsable !

Randonnée Stevenson

Randonnée dans le Gévaudan sauvage en Lozère
par Flora Berger

Randonnée dans le Gévaudan sauvage en LozèreUn bon petit-déjeuner, ce peut-être un remède contre une nuit médiocre, cela a le don de réveiller vos sens et de vous donner du courage. D'ailleurs, les gîtes accueillent les randonneurs, savent prévoir le juste combustible qui fera avancer la machine. C'est pourquoi ce matin, Philippe a même pressé "pour de vrai" des oranges et déposé sur notre table du miel et des confitures de qualité. Nous étions levées à sept heures dix: l'horloge interne semble fonctionner quelles que soient la durée et la qualité du sommeil.

 Randonnée dans le Gévaudan sauvage en LozèreLe temps de "jouer notre grand jeu" et nous partirons à 9 heures. Court cheminement dans la ville qu'une fois de plus on ne découvrira pas. Et pourtant, Langogne serait à même de nous offrir d'intéressants coups d'oeil. Nous passons tout de même auprès de la halle, qui est classée monument historique. Elle fut construite en 1743, à une époque où se faisaient toutes sortes de transactions autour du grain. Aujourd'hui encore, elle accueille marchés et fêtes traditionnelles. Bientôt, par les allées encore citadines mais déjà bordées de grandes herbes, nous laissons brouter les "kikis". Ils ont forcément envie de verdure et ils y ont bien droit. Plus tard, nous les reprendrons en main. Aujourd'hui, nous avons le temps.

Peu à peu, nous nous engageons dans la forêt. Cette étape, très boisée, nous réjouira le coeur. L'un des tronçons les plus agréables, sous de tendres ramures longeant un petit cours d'eau, aboutit à un pont qui hélas, nous remet sur la route, celle de Monteils. Dommage car il n'est pas loin de midi, il fait chaud et nous devons, bon gré mal gré, attaquer une côte.

Mais voici déjà le village de Saint-Flour-de-Mercoire et sa généreuse fontaine. Nous sommes partis il y a déjà trois heures.. Le balisage, depuis que nous sommes entrés dans le Gévaudan (en traversant l'Allier à Langogne), est de bien meilleure qualité.
À présent, les fontaines-abreuvoirs des villages vont remplacer les grands baquets métalliques destinés aux vaches, mais, quoi qu'il en soit, ce voyage en pays agricole ne laisse aucun souci en ce qui concerne l'eau.

Randonnée dans le Gévaudan sauvage en LozèreÀ la sortie de Saint-Flour, nous décidons de faire notre halte déjeuner qui, aujourd'hui, peut durer deux heures. Justement, nous nous dirigeons vers le bois de la Garde et les emplacements de part et d'autre du large chemin ne manquent pas. Comme toujours, notre déballage vient agrémenter le paysage sur bien deux mètres de long tandis que les ânes se précipitent sur les bas-côtés qu'ils entreprennent de tondre avec ardeur. Nous aussi, broutons le sandwich qui nous a été préparé par un bar en guise de pique-nique. C'est un peu léger mais nous trouvons bien quelques autres gâteries au fond de nos sacs.

Du repos ! Je n'en profite pas pour "siester" mais pour m'entraîner à utiliser mon enregistreur mini-disc acquis depuis peu. J'interviewe Catherine sur ses premières impressions de voyage. Nous avons d'ailleurs les mêmes points de vue sur tous les sujets: la façon de mener nos ânes ou de gérer notre emploi du temps par exemple, et nous nous accordons à penser qu'il faut ajouter un tiers au temps de marche effective annoncée par le topo, pour prévoir ce que sera réellement notre étape. Il est amusant de constater qu'en la matière, Stevenson en compagnie de Modestine ne fit pas le même calcul, soit qu'il eût un rythme de marche supérieur au nôtre, soit que l'ânesse en eût un très inférieur à celui de nos bêtes, soit les deux en même temps: "On m'avait dit qu'un homme pouvait faire ce trajet en une heure et demie, et il ne me semblait guère trop ambitieux d'imaginer qu'un homme encombré d'une ânesse pût franchir la distance en quatre heures."

Randonnée dans le Gévaudan sauvage en LozèreUn couple de randonneurs vient à passer. Nous échangeons quelques mots. Presque chaque fois que cela se produira, Compostelle sera évoqué: "déjà fait" ou "à faire" pour reprendre l'expression communément employée, de même qu'on dira: "faire le Stevenson" un raccourci linguistique aussi flatteur que lorsqu'on dit "La Callas" sans y adjoindre un "Madame" ou un prénom.

Guy et Annie, qui s'échappent de la région parisienne, (mais elle aussi recèle de très beaux coins...), ont dormi plusieurs fois dans des gîtes communaux, comme celui de Pradelles, dont ils nous disent le plus grand bien. On y trouve notamment, affirment-ils, une plus grande liberté de mouvement. Cher lecteur, ce "tuyau" n'est pas le nôtre mais tu peux en prendre note. Notre couple, parti du Puy-en-Velay ainsi que le propose le topo-guide, ne trouve pas le chemin monotone, mais avoue que des tracés moins domestiqués seraient à présent les bienvenus. Ils nous parlent des quatre demoiselles que nous avons rencontrées. Ils les ont vues, eux aussi. Elles s'étaient parées de couronnes de fleurs et chantaient à tue-tête. L'une d'entre elles a perdu ses lunettes pendant la cueillette et nos interlocuteurs qui les avaient ramassées les leur ont rendues à l'étape suivante. C'est cela aussi, le charme des randonnées au long court, que mon amour de la langue française m'interdit pour l'instant d'appeler "trekking".

Randonnée dans le Gévaudan sauvage en LozèreTout à coup, Catherine s'inquiète: "les ânes sont loin" me dit-elle. Je lui réponds, désinvolte, qu'il n'y a pas de souci à se faire car ils reviennent toujours. D'ailleurs, où pourraient-ils bien aller ? Insouciantes, nous reprenons notre enregistrement. Un peu plus tard, je me relève, mue par une sorte d'intuition: cette fois, les ânes ont bel et bien disparu. Catherine, plus prompte à remettre ses chaussures, part en courant, s'éloigne, s'éloigne...Et je finis par la suivre, mais sans trop me bousculer tout de même. A-t-elle parcouru trois cents mètres, quatre cents ? Elle revient en nage poussant devant elle les deux "bêtassons": ils filaient doucement mais sûrement vers le village, faisant marche arrière au beau milieu de la route ! Leurs frasques ne sont pas terminées, ils tentent encore une ou deux fois de bifurquer à travers champs et je dois m'approcher avec circonspection, appeler Pistou d'une voix aussi doucereuse que possible pour réussir à m'en emparer. Il se laisse attacher avec beaucoup de bonhomie et je ne saurais dire si mon âne a le sens de l'humour ou s'il est philosophe. D'ailleurs, n'est-ce pas un peu la même chose ? Quant à nous: "vigilance, vigilance !" est le leitmotiv que nous reprenons en choeur. Une deuxième déconvenue se produit bientôt, qui nous tracassera pendant les dix jours à venir: le vaporisateur de produit anti-mouches ne fonctionne plus; il faudra donc tamponner les "kikis" avec des mouchoirs en papier, c'est pratique !

Nous reprenons notre promenade de santé. Elle se poursuit dans une forêt dense tapissée d'une impressionnante épaisseur d'aiguilles de pin. Le chemin, toujours large, est un peu plus loin engazonné de tendre verdure que l'on a presque des scrupules mais complètement du plaisir, à fouler. Sur une pierre, quelqu'un a déposé un énorme cèpe. Catherine nous plaquerait bien tous, séance tenante, pour aller aux champignons, ce qui constitue l'un de ses sports favoris. En Cévennes aussi, les champignons ont tenu un rôle important dans l'alimentation. On les conservait secs sur des clayons afin de les consommer au cours de l'hiver. En ce qui me concerne, je suis tout à coup songeuse : je réalise que nous sommes en train de pénétrer l'un de ces lieux dont l'Histoire nous laisse un tragique souvenir. Mais j'ai beau essayer, la forêt est trop riante, je n'arrive pas à imaginer. Stevenson lui aussi, a eu le même genre de pensées quand il évoqua "le Gévaudan sauvage, montagneux, inculte et tout, récemment dépouillé de ses forêts par peur des loups." Il faut croire que l'O.N.F a bien travaillé depuis.

Randonnée dans le Gévaudan sauvage en LozèreC'est donc bien à Langogne que tout a commencé, et ce sont bien ces boisements touffus qui ont dû servir de refuge à "la bête", celle que notre écrivain écossais appela "le Napoléon Bonaparte des loups" ! Nous sommes au pays de celle qui a fait régner la terreur pendant plus de cent ans. Celle que personne n'a oubliée, mais dont personne ne saura jamais qui elle était, et s'il s'agissait bel et bien d'un simple animal. D'ailleurs, on ne parla d'un loup que plusieurs années après le premier drame, car il fallait bien trouver et pouvoir nommer un responsable !

Pour ceux qui ne l'auraient pas en mémoire, rappelons les faits : cela s'est passé sous le règne de Louis XV. Oh, bien sûr, à cette époque, les loups étaient déjà redoutés des hommes, et si, de temps à autre, un jeune berger se faisait croquer, il fallait que ce fût la faute du loup. Ce fut surtout l'excuse pour en tuer beaucoup. Plus de deux-mille bêtes abattues de 1740 à 1778 : un sport en quelque sorte, et rémunéré par-dessus le marché, puisque des primes récompensaient les chasseurs. Mais tout restait à venir. En juin 1764, une femme est attaquée par un animal énorme, de couleur fauve avec une raie noire le long de l'échine. Elle s'en tire grâce aux cornes de ses vaches. Les suivants, eux, n'auront pas cette chance. Les attaques se succèdent. Un peu moins d'un an après la première victime, on en dénombre déjà soixante-deux ! L'affaire va s'étaler sur trois ans. Les dragons du roi organisent une battue qui réunit vingt mille hommes. Les récoltes sont saccagées par les galops des chevaux, mais sans le résultat escompté. Le porte-arquebuse de Louis XV, Antoine de Beauterne, lieutenant des chasses royales finit par abattre un loup énorme. Mais après six mois sans victime, les attaques reprennent de plus belle.
Finalement, après trente nouvelles victimes, en juin 1767, Jean Chastel, un personnage à la réputation sulfureuse, abat un loup rouge, et tout se calme. Or, l'homme habitait à l'intérieur de la zone maudite, un territoire en forme de croissant long d'une cinquantaine de kilomètres. De là à penser qu'il pouvait être l'instigateur des meurtres....? Un meneur de loups ?
Personne ne saura jamais ce qu'il en fut. Mais il ne faut pas s'étonner aujourd'hui, si la réintroduction ou la protection du loup soulèvent de fameuses polémiques. Les mythes ont la peau dure !

Randonnée dans le Gévaudan sauvage en LozèreQuant à Stevenson, ce qu'il en rapporte ne correspond pas tout à fait à ce qu'on peut en lire de nos jours, et laisse mieux imaginer à quel point les esprits ont divagué à partir des faits réels, pourtant déjà suffisants à créer l'émoi. Écoutons le parler de "la bête ": "...il mangea des femmes, des enfants et des bergères réputées pour leur beauté". Il poursuivit les cavaliers armés, on l'avait vu, en plein midi, poursuivre une chaise de poste et le cavalier d'escorte sur la grand-route royale, la poste et le postillon s'enfuyant au galop devant lui. Il figurait au placard, comme un criminel politique et sa tête était mise à prix, pour dix mille francs. Pourtant, quand il fut tué et envoyé à Versailles, voilà que ce n'était qu'un loup comme les autres, et petit pardessus le marché."

Quelles que soient mes pensées, voici une belle étape ! Nous arrivons à une pierre dressée : "menhir Pascalou" annonce une pancarte. Je suis en tête de caravane, Pistou me suivant de près. Si par malheur je ralentis, il me pousse les fesses avec son museau ou bien encore soulève mon sac à dos comme un footballeur jouerait de la tête. Randonner avec des ânes n'est pas une sinécure !
Un champ de narcisses, un petit bout de route, deux belles bâtisses en pierres sombres, nous arrivons à Sagne-Rousse. Un panneau explique l'étrangeté de ce lieu et ce qu'il en fut pour Stevenson, qui se perdit ici. En effet, il a tourné en rond trois heures durant, bientôt surpris par la nuit. Après être parvenu à Fouzilhic, il s'est retrouvé de nouveau en arrière, à Fouzilhac. Là, un brave homme l'a remis sur le chemin, mais il avait entre temps bivouaqué à l'aveuglette, trempé jusqu'aux os et fustigé par un vent glacial. Que s'était-il passé ?
Il décrit cette région comme un dédale inextricable : "Je fus bientôt hors du bassin cultivé de l'Allier et loin des boeufs au labour, et des aspects de même ordre de la région. Des landes, des fonds vaseux à bruyères, des étendues de roches et de sapins, des bois de bouleaux nuancés par l'or de l'automne, ça et là, quelques minables chaumières et des champs mornes, telles étaient les caractéristiques du pays. Coteau et vallée suivaient vallée et  coteau. De petits sentiers de chèvre, herbus et pierreux, sinuaient et s'entremêlaient, se divisaient en trois ou quatre, mouraient au lointain de creuses marécageuses et recommençaient d'essaimer, sporadiques, aux flancs des collines ou aux lisières d'un bois."

Randonnée dans le Gévaudan sauvage en LozèreIl est alors quatre heures. Deux heures plus tard, il fait nuit. Cependant, l'ânesse avance bien. Cela se gâte un peu plus tard: "...Elle avançait résolue de son plein gré, poussée, eût-on dit, par un vent favorable, mais une fois sur l'herbe et parmi la bruyère, voilà la bête devenue folle. La tendance des voyageurs de tourner tout en rond, dans un cercle, s'était développée en elle jusqu'à la rendre démente. Elle requit toute la capacité de gouverne que je conservais en moi pour la diriger à peu près en ligne droite dans un simple champ." Notre panneau explique comment "le trajet initial qu'aurait dû emprunter Stevenson traversait une sente mal définie dans une lande marécageuse qui borde une zone à forte concentration de champs vibratoires perturbateurs." Ce phénomène qui est un effet dû au champ magnétique terrestre, serait assez courant en ces lieux granitiques de la Margeride .
Et pourtant, nous précise-t-on, il s'agissait du chemin traditionnel emprunté par tous les habitants du Cheylard pour se rendre à Langogne.

Pour nous aussi, ce lieu s'avérera un peu particulier. Nous sommes entrés dans un domaine que j'ai du mal à décrire: une grande pelouse semée d'arbres, ou bien encore, cette impression que la forêt hésite à s'installer en plein champs. Le paysage est à présent plus montagneux. Soudain, le sol devient très meuble. Nous traversons une tourbière. Pistou se remémore sans doute cet instant où, l'an dernier, les sabots engloutis par un passage marécageux, il avait dû s'arracher littéralement, armé de toutes ses forces, et malgré le poids du chargement. Il se méfie, il refuse d'avancer. En contournant par la droite, cela va mieux, mais on s'enfonce encore jusqu'au talon. Ouf, j'étais fort tendue alors que j'essayais de le mettre en confiance, l'ayant précédé avec Praline qui est formidable pour montrer l'exemple. Nous poursuivons à travers ce jeu d'échec et nous retrouvons subitement devant un grand portail rouge. Serait-ce l'entrée du château où dort la Belle au Bois ? Pas du tout. Il s'agit d'un pacage ainsi dûment clos, et de magnifiques vaches débonnaires et curieuses convergent en notre direction. "Euh...C'est à quel sujet mesdames ?" Nous traversons, pas franchement rassurés. Mais voici le deuxième portail rouge. Par ici la sortie. Personne n'a été brouté par les génies du lieu et nous ne ruminons que de quiètes pensées.

Randonnée dans le Gévaudan sauvage en LozèreDirai-je un mot sur les chevaux ? Nous en avons vu depuis le départ autant que de bovidés. Des gaillards solides à la robe brun-clair, crinière et queue déployés comme des éventails de Séville.

La fin de cette étape, bucolique et forestière à souhait, nous fait traverser une forêt de bouleaux. Cette essence est l'une de mes préférées. Elle allie la légèreté et la grâce à une impression d'éternité. Elle a quelque chose d'évanescent par la couleur de son écorce, blanche, et la tendresse de sa ramure, tandis que les troncs respirent la puissance et la sérénité.

Une descente enchanteresse nous conduit à Cheylard l'Evêque.
Soudain, au débouché d'un virage, un paysage comme je les aime, un paysage de montagne alliant une profondeur presque austère à la débauche joyeuse de la lumière et de la couleur. Des moutonnements de genêts à balai clairsemé de genêts espagnols dont la floraison d'un jaune éclatant fait sourire toutes les nuances de vert.
Subitement, sans crier gare, le marcheur vient presque buter sur le panneau indicateur du village. On a rejoint la route, qui paraît si propre et nette, sans folie aucune après toutes les coquetteries de la forêt.
"Comment peut- on avoir envie de visiter Luc ou le Cheylard" s'interroge Stevenson, "voilà plus que mon esprit fort inventif ne peut imaginer."

Randonnée dans le Gévaudan sauvage en LozèreEt bien notre écrivain écossais serait surpris sans doute, s'il arrivait aujourd'hui par ce même itinéraire, dans ce petit village que rien ne distingue, si ce n'est qu'il nous apparaît comme un havre de paix, doux au regard. Il faut peut-être en féliciter le joli bar de la place, avec ses tables et ses bancs taillés en bloc dans des troncs d'arbres, et le gîte d'étape si soigneusement agencé, à l'extérieur comme à l'intérieur, avec sa borne décorative du GR70.
La belle pierre granitique des maisons et l'environnement préservé sont quant à eux les éléments les plus naturels qui satisfont à notre soif d'harmonie. Malheureusement, le gîte est complet. De toute façon, il n'accepte pas les chiens. Je parais navrée mais ne le suis point. J'ai très envie de camper. Il est seulement seize heures trente. Nous avons mis cinq heures trente de marche effective pour couvrir l'étape donnée par le topo en un peu plus de quatre heures. C'est satisfaisant.

Nous attachons les ânes devant le gîte et partons à la recherche d'un coin où planter la tente. À quatre pas de l'abreuvoir-fontaine, un large rectangle d'herbe tondue offre une surface suffisante au pied d'une maison sans charme, qui s'avère être une résidence de vacances en sommeil.
Il s'agit aussi d'un passage conduisant à un petit cours d'eau partiellement canalisé, qui sera parfait pour nos "ablutions" et nous laissera un goût de bonheur. Cela d'ailleurs, notre écrivain écossais le comprenait aussi, lorsqu'il écrivit . "Se laver dans les rivières du bon Dieu à ciel ouvert me semble une joyeuse célébration, un acte à demi païen d'adoration." J'aimerais avoir rédigé ces quelques mots !
Autre avantage, l'énorme terrasse de la maison, posée sur quatre colonnes, offre un abri envahi par l'herbe qui constituera pour nos ânes un hôtel-restaurant très convenable.
Nous demandons à une dame si nous pouvons nous y installer. Elle nous apprend que l'emplacement est communal, ce qui revient à nous donner sa bénédiction.

Toutes réjouies, nous partons honorer cette journée, ce village et ses habitants, en commandant deux bières au petit bar cité plus haut. Les kikis nous attendent sous un arbre, encore chargés, et, pour une fois, j'accepte de laisser mes scrupules de côté: une journée trop belle pour ne pas se bichonner un peu. Attitude que nous prolongerons encore, après avoir établi notre campement, en allant nous immerger, nues comme au premier jour, dans le petit canal, armées d'un savon et d'une bonne dose de gaieté. Après quoi, tandis que Pistou et Praline dînent avec entrain, nous somnolons dehors sur nos sacs de couchage, Biscotte pelotonnée dans son coin, depuis longtemps prête à s'envoler au pays des chiens sans collier qui volent en déployant leurs oreilles, devenues aussi longues que celles des ânes. La dame qui habite la maison en vis-à-vis, revient du cimetière où elle rend visite chaque jour à son mari, perdu dans un accident de la route. Elle nous découvre là et échange avec nous quelques propos bienveillants.

Ce soir, nous dînons de spaghettis au quinoa (une céréale d'Amérique du Sud), saupoudrés de sésame grillé et de poudre d'ail, puis arrosés d'huile d'olive. Ce sont les réserves d'urgence qui servent à nous dépanner quand aucune épicerie ne nous a permis de nous réapprovisionner. C'est facile à transporter, sain, nourrissant et point trop lourd. Nous en raffolons et nous nous sentirons bénies des Dieux, à l'heure de nous glisser dans la plume, les pieds enfin oublieux de leurs misères passées et à venir.

Extrait de "Dans les pas de Stevenson" aux éditions du Fournel. Commander le livre

L'Etoile Chambres et tables d'hôtes à La Bastide Puylaurent entre Lozère, Ardèche et Cévennes

Ancien hôtel de villégiature avec un magnifique parc au bord de l'Allier, L'Etoile se situe à La Bastide-Puylaurent entre la Lozère, l'Ardèche et les Cévennes dans les montagnes du Sud de la France. Au croisement des GR7, GR70 Chemin Stevenson, GR72, GR700 Voie Régordane (St Gilles), Cévenol, GR470 Sentier des Gorges de l'Allier, Roujanel, Montagne Ardéchoise, Margeride, Gévaudan et des randonnées en étoile à la journée. Idéal pour un séjour de détente.